FRACAS (2).gif
  • Facebook
  • Twitter

à vous qui êtes sublime

 

à vous qui êtes de ce monde-là

de frais de santé

de permissions

de sorties

d’obsessions

de lésions toujours premières

d’ennui

 

levez-vous dites :

je suis de ce monde-là

où debout tout est permis

 

quelqu’un quelque part saura

vous sauver de votre fatigue

vous méritez mieux

vous apprenez le tricot pour faire maille à part

vous baptisez votre cuisine de Gauche

votre déshydrateur à viande d’avant-garde

vos bocaux de germinations démocratiques

vos cinq catégories de poubelles

 

vous achetez un extracteur à jus

pour séparer la fibre nationale du liquide autochtone

vous achetez en vrac

vous êtes apôtre mur à mur

des lactofermentations

cuisinez votre propre savon

et aimeriez que tout le monde sache

que les mouches à fruit ont une âme

 

ne faites pas honte à votre siècle :

achetez de souche

vous avez étudié avec la Gauche

vous êtes militant blanc angoissé autogéré

pro-féministe ouvert

étudiant en sociologie écologiste altermondialiste

antifa barbu percé tatoué membre du COBP

et vous avez violé votre meilleure amie

le monde ne vous a pas assez donné

vous en voulez à papa à votre éducation privée

à maman de ne pas vous avoir appris

comment en profiter

à votre ami gay qui entretient chez vous

un complexe d’infériorité

vous dites comprendre les femmes agressées

depuis que l’une d’elles

vous a réveillé

vigoureusement

pour baiser

vous avez un penchant pour le passage du temps

les matériaux bruts le bois non traité

la désobéissance civile

l’odeur de la corde vous donne des envies

que vous n’assouvirez qu’à cinquante ans après

avoir joué votre libido au casino des âmes

ne faites pas honte à votre siècle :

capitalisez

Je sais que ma honte, elle aussi, est un cliché du siècle. De peur que la foudre ne l’applique à ma petite vie de foyer comme on maquille un mort, de peur que n’en surgissent trop d’armes et que la folie ne déclasse l’eau vitale, de peur de la porter comme une fierté, un vêtement, j’ai fait comme si la honte n’avait aucun goût.

attention vous êtes filmé la preuve

que ça existe la bienveillance

la bonne conduite les hautes études

de bons amis en politique

la volonté fait des miracles

vous dites : « j’ai travaillé pour »

un walk-in un bon sens de l’humour une réputation

des escortes la magistrature une conscience sociale

un chalet à distance raisonnable de Montréal

le système de santé le corps policier

un devenir combatif issu de votre « passé de militant »

vous êtes de ces gens crédibles

à la fine pointe des applaudissements

de ces belles gueules de l’extrême-centre

qui font baptiser leurs fils

au Théâtre du Nouveau Monde

vous ne connaissez pas votre siècle :

passez de bonnes vacances



 


     Extraits de Ne faites pas honte à votre siècle, éd. Poètes de brousse, 2017.

CINQ POÈMES DE