FRACAS (2).gif
  • Facebook
  • Twitter

Les rats de Paris sont nos amis

ils nettoient la ville

ils la débarrassent

des déjections

qui risqueraient sinon

d’encombrer nos évacuations.

 

Ils sont indispensables à nos vies

ils sont nos amis

bien qu’en réfléchissant

à une définition simple

une définition raisonnable et rapide et durable

de ce qu’il est convenu d’appeler ami

on soit contraint d’admettre

que l’indispensable n’y a pas sa place

un ami n’est pas quelqu’un d’indispensable

un ami n’est pas indispensable à la vie

il n’est pas nécessaire

il est même contingent

de ce point de vue là

un ami n’est pas un rat

et le rat peut-être n’est pas notre ami.

 

Il faut donc reprendre depuis le début

corriger

préciser

les rats de Paris ne sont pas nos amis

d’une part parce qu’ils sont indispensables

d’autre part

 

les rats d’autre part ne sont pas nos amis

parce que ces rats-là, les gros

les gros rats gris des grosses villes comme Paris

nous font peur

surtout quand ils apparaissent par surprise

sur les éviers de nos cuisines

on a peur de ne pas être à la hauteur

d’être dominé

par l’intelligence supérieure qu’ils manifestent

on la voit dans leurs yeux

dans leurs moustaches

dans leur museau fouineur qui se tend vers nous et nous menace

on a peur des rats de Paris.

 

Ce n’est pas une raison pour affirmer

que les rats ne sont pas nos amis

il arrive en effet

que nos amis aussi nous fassent peur

ils peuvent dans certaines circonstances

qu’on n’imagine pas à l’avance

parce qu’on a la faiblesse de croire

qu’aucun changement ne surviendra

on a la faiblesse de craindre les changements comme la peste

et la peste, c’est ce qu’on croit, ce sont les rats qui nous la transmettent

nos amis peuvent

devenir nos ennemis.

 

Pareil pour les rats

les rats sont nos amis

et du jour au lendemain

ils deviennent nos ennemis.

Bien que les chercheurs

travaillent minutieusement

sur leur comportement

en leur fixant des électrodes directement sur le cerveau

aucun signe avant-coureur

ne nous avait avertis de l’imminence

d’un telle métamorphose.

 

La science des rats n’est pas si aboutie

qu’elle puisse offrir un parfait contrôle de leur population.

 

Cinq millions

cinq millions de rats

circulent

sous nos pas

dans les tuyaux boyaux évacuations canalisations égouts tunnels cloaques marais métro

dont s’enorgueillit

la ville de Paris.

 

C’est souvent déplaisant

de devoir affronter

alors qu’on ne s’y attend pas

un des spécimens de l’espèce rat

de l’espèce rat de Paris

de loin on se rassure

on se convainc que c’est un chat

un chat furtif, un chat rapide

mais quand l’œil a le temps de voir

quand il a l’honnêteté de discerner

alors il passe insensiblement

d’un constat à un autre

d’un chat à un rat

et d’un rat à un gros rat

un très gros rat

et entre l’œil et l’esprit il y a la place pour se souvenir que

le rat est notre ami

 

même si on a conscience

de la réversibilité de l’amitié

quand elle se fonde

sur l’affrontement des intelligences

le rat est notre ami.

 

C’est grâce à lui que dans Paris

les déchets sont éliminés

les tonnes de déchet que chaque jour

nous déversons dans des bennes

pour nous débarrasser de l’idée même

de l’ordure quotidienne

les rats sont là pour nous empêcher de penser

pour tenir certaines idées sales

en respect

d’où leur utilité

les rats nous empêchent de penser

que Paris sous nos pieds est trouée

labyrinthique bouchée

que Paris sous nos pieds est tissée de boyaux orduriers.

 

C’est pourquoi nous sommes si dégoûtés de les apercevoir

lorsqu’ils s’échappent en courant

des poubelles vertes et familières

que dès la nuit tombée

les employés municipaux des services techniques de la ville de Paris

renversent sur leurs camions verts

dans un grand fracas mécanique

les voir en effet serait comme

voir le diable

voir ses idées

voir ses propres déchets

voir ses amis devenus ennemis

se déverser

dans les tuyaux étroits des souterrains parisiens.

 

 

Au petit matin

bien qu’ils constituent une population indispensable au bon entretien de notre ville

les égoutiers de Paris chaussés de longues guêtres et vaccinés contre toutes sortes de maladies qu’on croyait disparues depuis des lustres

leur distribuent des produits toxiques destinés à les stériliser

– un couple de rat

sachez-le

un couple de rat étant à l’origine

sachez-le

par l’effet conjugué de la fornication et de la multiplication

de dizaine de milliers de spécimens.

Les égoutiers donc

afin que la population humaine ne soit pas entièrement submergée

submergée et décimée par la prolifération exponentielle des rats

et par la prolifération conséquente de virus et bactéries nocifs véhiculés par ces nombreuses bêtes

les égoutiers sont contraints de les éliminer

en respectant toutefois le bon équilibre entre la surpopulation et l’extermination

le risque étant

d’éliminer trop radicalement une espèce dont l’utilité ne fait désormais plus de doute.

 

Les rats

on sait qu’ils sont là mais

la plupart du temps

on les ignore

on fait comme s’ils n’existaient pas

on fait comme si les rats de Paris

n’avaient pas droit de cité dans leur propre ville

mais tout en les ignorant, en les craignant, en les méprisant

on ne peut se retenir

on ne peut se retenir complètement

d’y penser

comme on pense aussi

on ne peut se retenir

à nos amis ennemis qui ne sont pas indispensables et qui, pour cette raison, ne peuvent être comparés à des rats

les rats en effet sont très utiles

ils ingurgitent

ils assainissent

ils débouchent

ils régulent

ils évacuent.

 

Paris est une ville surpeuplée

une ville secrète

une ville obscure

une ville humide

Paris est une ville souterraine

où les rats les amis et les ennemis

prolifèrent.

UN TEXTE DE