FRACAS (2).gif
  • Facebook
  • Twitter

Shirley Villalba

Traduction : Anne-Claire Saby. 

À un fil tient la mort

On est presque toujours sur le point,

de revenir à la vie.

Saignement

J’ai pénétré l’épine.

Et mon parfum s’est fiché dans son sang.

Et j’ai perlé la rose.

Falling in love

Les mots s’ouvrent, comme s’ouvre un piège,

comme s’ouvre une fleur.

Je tombe en eux sans un mot,

comme tombant dans l’amour.

Plaintes

la nuit aboie mon nom comme un chien qui regrette son maître

comme un chien qui hurle sa faim

comme un chien à la rue

ainsi m’aboie la nuit

Giselle Caputo

Traduction : Hortense Djomeda.

 

Désert

Les yeux fermés

nous sommes tombés si profond

que nous aurons du mal à remonter la pente,

retrouver la bruine,

relever nos robes, nos pantalons,

traverser les flaques d’eau,

aimer comme avant,

s'entendre avec l’eau,

sans tunnel,

ouvrir la bouche

pour dire l’humidité

(sans titre)

 

Tu te souviens encore.

bruine trouble :

la terre rouge

sur l’auvent,

la sueur ruisselant 

sur le visage de ta mère,

son air d’effroi

face à ton regard

qui lui réclamait quelque chose

qui ne soit ni eau,

ni vapeur

ni vent.

Patricia Cabrera

Traduction : Bérangère Pétrault.

Chant (ou pas) III ou : L’épine quotidienne

Pour ne pas risquer que mes cheveux s'emmêlent, j'ai préféré me les raser avant d'entourer ma tête d'une couronne d'épines. Les tâches quotidiennes n'ont pas varié : avant de me brosser les dents je me suis couronnée ; je suis allée au marché et au travail la couronne sur la tête ; j'ai nourri les chats tout en la réajustant et séchant les gouttelettes de sang entre mes sourcils.

La couronne d'épines fleurit à la veille de la somnolence pendant les nuits sans aiguilles qui refusent de périr, quand la domestication se fait fragile. La couronne d'épines fleurit quand je me souviens de mes angoisses, quand le sang brûle trop, comme pour ne pas se laisser aller.

Aída Risso

Traduction : Grégory Noirot.

(sans titre)

Des gens viennent dans des sacs

ils donnent leur avis ou font la fête

 

Ils grincent

 

Ils se déplacent ainsi par habitude

tout tassés

avec leurs membranes

leurs muqueuses disséquées

Ils ne craignent pas de se briser

 

L'impudicité face à la proximité

fait que leurs positions sont celles d'orgies

mais cela n'interrompt pas une conversation

dont on ne se souvient pas où elle a commencé

et que personne n'achèvera.

(sans titre)

chauffer les dés avec les mains
près de l'oreille et longtemps

 

ce n'est pas assurer le numéro
mais favoriser la friction
en retardant son évidence.

POÈMES DE

TRADUCTION DE

SÉLECTION DE