FRACAS (2).gif
  • Facebook
  • Twitter

Les femmes dont j’ai été vraiment folle

Les femmes que j’ai le plus aimées

celles dont j’ai été vraiment folle

les filles à qui j’ai tout donné, écrivaient.

 

Ma maman s’est arrêtée au cycle 1 et n’a pas

regardé mes cahiers ni pu

colorier une carte avec moi ou m’aider

à faire un exercice de comptabilité.

 

L’école et la maison étaient

une chaîne rompue dans ma tête.

Chaque fois que je la voyais signer quelque chose,

le bulletin du primaire,

un document à la banque,

je remarquais qu’elle le faisait lentement

comme quelqu’un qui se relève après un coup.

 

Je me demande si les femmes que j’ai aimées

celles dont j’ai été vraiment folle

les filles à qui j’ai tout donné

ont été ma mobilité intellectuelle ascendante,

 

si choisir des femmes qui écrivent

n’est pas dissimuler cette chose qui me manque

à chaque fois que je les quitte

ou qu’elles me quittent.

Tu emportes les choses avec toi

Sur les photos de famille que je garde
je suis sur un tricycle, un vélo, une voiture à pédales.
J’avais huit, neuf ans et demandais à mon papa
de m’emmener faire du vélo, du kart, de la moto.
À l’Italpark je dépensais mon carnet d’entrées
au circuit automobile d’Indianapolis

je me préparais à un mouvement

qui je le vois maintenant n’a pas de fin.

À 20 ans j’ai quitté la maison

parce que le quartier, il faut vite en partir.
98 pour cent des familles sont dysfonctionnelles ; mon papa
ramenait l’argent à la maison mais dînait
dans une autre pièce et quand on montait
dans le bus il s’asseyait loin de moi

même s’il y avait de la place à côté.
Le quartier, il faut en partir comme je dis toujours
c’est pour ça que j’ai pris de l’élan et de la coke
mais comme m’a dit mon oncle qui est mort
où que tu ailles tu emportes les choses avec toi.

Je sens que je suis pleine de vie et aussi 
que je ne le supporte pas.
Le quartier, il faut en partir comme je dis encore
bien que moi, je sois déjà partie.

Pendant que j’étais avec elle

Tant que j’ai été avec elle

l’interrupteur de la salle de bains s’est cassé

le mur sous la fenêtre du salon s’est décrépi

l’humidité a progressé

la base en bois de la fenêtre du salon a moisi

j’ai lavé la chienne moins souvent

le gaz de la cuisinière a commencé à fuir

le bouton en plastique du brûleur gauche de devant s’est cassé en deux

la lunette des toilettes s’est fendue et je ne l’ai pas remplacée

je fais toujours pipi appuyée contre la faïence froide          

pendant que j’étais avec elle je n’ai rien réparé.

TROIS POÈMES DE

TRADUCTION DE