UN POÈME DE 

Traduction de 

La liqueur des bouteilles

poussiéreuses m'a inondé,

mes doigts et la trace sur le verre

où a fulguré mon visage.

 

Je me suis senti seul,

c'est vrai,

l'alcool a multiplié ma compagnie.

J'ai fermé la porte en bois

pour que personne ne parte

(et que personne ne se mêle au spectacle) ;

 

à l'aube elle était ouverte,

la bouteille fendue et pas débouchée,

l'eau des veines répandue,

 

les fruits pourris dans l'humidité.